Press "Enter" to skip to content

Tribune Gratien Midonet

 

Ô Chers lecteurs des « Uchronies du Songe », je sais combien vous avez, tout comme moi au début, regretté de ne pas vous rappeler de ce rêve-là, ou d’un autre, ou de n’en retenir faiblement que les bribes éparses…

Vous ressentiez confusément au réveil, qu’il eût été révélateur, qu’il vous eût permis d’utiles interprétations, qui sait, pour votre vie même…

Les « Uchronies du Songe » sont la résultante de l’apprentissage de ce « programme », afin de pouvoir reconstituer sinon l’exacte trame d’un puzzle souvent récurrent, mais au moins toutes ses phases successives qui peu à peu libèrent du sens, comme après une nuit obtuse et trop longue, les lumières remerciées de l’Aube…

Les « Uchronies du Songe » naquirent pour l’Auteur que je suis, de la nécessité de traduire en mots parfois
imparfaits mais inspirés, le langage ésotérique de mes rêves nombreux, mêlés d’utopies et de musiques.

 

Quelques pensées …

Qu’en pensez-vous Chers Lecteurs ?

L’homme « augmenté »

ne sera pas forcément le robot

que l’on craint confusément,

mais l’un d’entre nous

qui aura réussi

l’ouverture de nouveaux portails… ?

Et vous-même…

Avez-vous trouvé votre mission de vie ?

Est-ce, comme moi,

de pouvoir écrire,

non le vacarme alentour

mais le pétillement de nos rêves

et le questionnement du monde ?

Par exemple :

n’y a t-il qu’une seule réalité ?

Avons-nous chacun

un double

dont parfois nous soupçonnons le :

« je suis là… » ?

A suivre….

 

Un extrait du prochain opuscule des “Uchronies du Songe”

 

Rêvant longuement en couleur,

Il vit que très jeune encore,

trompant l’attention relâchée de tous

au crépuscule,

et se laissant doucement porter

par les vents musiciens,

il se retrouvait rapidement

plus haut

que le plus haut des mornes,

non loin de celle

qui occupait toutes ses pensées,

au dessus des arbres-à-senteurs

nouvellement plantés

et des bambouseraies bavardes

qui tentaient de le dissuader

et de l’effrayer par leurs cris.

 

A soupirs étouffés,

il s’arrachait,

en catimini,

chaque minuscule plume

inoubliable,

afin que,

trempée dans l’encre

de ses peurs bleues adolescentes,

il puisse écrire

sur les pages intimes

du firmament rêvé,

(présentement trop vaste pour lui),

toute une communauté

de phrases prémonitoires hâtives

dont il n’avait pas le sens,

mais qu’il se récitait de mémoire :

 

« La Connaissance

n’est pas binaire :

savoir ou ne pas savoir.

Elle est le trajet

adaptable à chacun,

d’un voyage infiniment recommencé… »

 

Mais il demeurait

intimement persuadé

de l’imperfection

et de l’ignorance

dans lesquelles,

les obsédantes

pensées négatives

et les croyances jalouses,

densifiaient encore

beaucoup de gens,

sans la moindre possibilité

d’un libre essor

 

Pris de compassion rebelle,

il raturait alors,

puis chiffonnait

et déformait fiévreusement

ses pages virtuelles

devenues nuages de papier :

instantanément,

le ciel s’obscurcissait

de pluies soudaines,

tristes ou révoltées,

longuement moqueuses,

dangereuses parfois,

toujours amoureuses cependant

du premier arc-en-ciel venu…

 

Ce temps-manquant

long et bref à la fois

lui fut aussi un temps contrasté :

d’un côté,

ses affinités presque magiques

avec la pluie

et l’orage et le vent,

de l’autre,

sa vénération pour le soleil,

saluant respectueusement

son abondante clarté,

devant l’est chaque matin…

 

Mais à midi,

il ne cessait d’éviter

ses rayons acérés,

persuadé

que les ailes naissantes

qu’il savait porter à l’insu de tous,

pourraient brûler,

s’il ne sortait

sans d’infinies précautions

de dessous les nostalgiques

maisons-témoins

(datant du Grand Basculement),

encore haut perchées

sur leurs fondations végétales,

domaine secret

qu’il partageait

avec les poules pondeuses

et un vieux lapin blanc…

 

Gratien midonet

Nos services

Publier son Livre a deux missions : vous aider à publier en autoédition et à promouvoir votre livre. Et plus largement, vous permettre de réussir dans la forme d’édition qui vous correspond le mieux (recherche de maisons d’édition, compte d’auteur, auto-édition, impression de livre à la demande).

Écrire est un projet unique. Auto publier ne signifie pas être seul, et promouvoir votre livre est une affaire de méthodes.  Publier, et promouvoir ne doivent pas être bâclés, ou réalisés sans bénéficier de bons conseils.

Olivier Morel et son équipe vous proposent une offre de services, pour que la publication de votre livre soit à la hauteur de votre rêve : publication en autoédition, formation pour promouvoir son livre, relecture et correction, création de couverture, création d’un site d’auteur, impression de livre à des tarifs négociés, publicité ciblée sur Facebook ou Amazon …

A tout de suite =>

Lire les meilleurs articles   |  Voir nos offres   |   Nous contacter