Press "Enter" to skip to content

18 conseils que j’aurais aimé recevoir avant de publier mon livre sur Amazon et ailleurs

L’expérience s’accumulant, je commence à avoir une bonne vision de ce qu’il faut conseiller à un auteur qui veut publier son livre sur Amazon et souhaite le promouvoir, et sur l’autoédition amazon.

Jugez plutôt mon témoignage sur l’auto édition :

 

Il faudra plusieurs livres pour émerger et vendre

Il ne faut pas se faire d’illusion.

Aucun auteur n’existe durablement dans le paysage et dans son genre avec un seul livre. Plus le nombre de livre est élevé, plus le nombre de personnes touchées est grand. Les bons lecteurs achètent deux livres et non plus un. Tous les auteurs voient les ventes de leur premier livre augmenter après la sortie du deuxième.

N’oubliez pas que seuls 1000 livres auto-édités en France réalisent plus de 3 ventes par jour sur Amazon (soit environ 180 € par mois au moins), et 4 000 livres réalisent plus d’une vente (soit environ 60 € par mois).

Partant de ce constat, il semble évident que la clé est d’écrire plusieurs livres.

 

Ne pas adhérer à KDP Select et garder sa liberté, pour apprendre de l’autoédition amazon

Kindle Unlimited est un programme proposé par Amazon à l’ensemble de ses membres Prime. Pour 10€ par mois, ils peuvent lire autant de livres qu’ils le souhaitent. Ils téléchargent les livres sur leur kindle ou tablette. Et Amazon rémunère les auteurs à la page vue, en fonction d’une cagnotte mensuelle. Les auteurs qui acceptent que leurs livres soient téléchargés par les membres de ce programme font partie de KDP Select

Le prix par page vue change chaque mois, mais il est en moyenne de 0,005 centimes d’euros.

Le gros inconvénient du programme est qu’il est exclusif. Publiez avec Kindle Unlimited et vous ne pourrez pas publier sur d’autres plateformes.

En moyenne, KDP Unlimited apporte 5  à 10% de revenus supplémentaires aux auteurs. Mais cela prive de la possibilité de publier sur Kobo, Fnac.com, iTunes, Google Play comme décrit ici pour Google Play et ici pour iBooks d’Apple etc …

Or certains livres sont très adaptés à ces dernières plateformes, et peuvent y réaliser plus de ventes que sur Amazon.

Pour le savoir, il faut essayer, et ne pas s’enchaîner avec Amazon.

 

Fixer un prix bas pour apprendre de ses lecteurs

1er argument :

Mécaniquement, un prix bas attirera plus de lecteurs potentiels, et donc plus de ventes. La rémunération par vente sera plus faible, mais là n’est pas l’important.

Les premiers mois d’un livre doivent permettre à l’auteur d’avoir des lecteurs, et des retours. L’auteur ambitieux doit penser à long terme et ne pas se focaliser sur le manque à gagner des premiers mois. Plus vous échangerez avec vos lecteurs, plus vous apprendrez pour vos prochains livres, et plus vous les fidéliserez.

2ème argument :

Regardez le tableau ci-dessous :

Il décrit les gains des ventes de livres des auteurs en auto édition sur amazon, triés en fonction du prix. Il n’y a pas de mystère, les e-books à 2,99 €, 3,99 € et 4,99 € rapportent le plus au total.

Et notez comme le prix de 0,99 € enclenche un revenu important, ce qui signifie, vu son prix, un nombre de vente très important, bien supérieur au nombre de ventes des livres aux prix de 2,99 ou 3,99.

C’est ce prix de 0,99 € qu’il faut choisir lorsque l’on sort son livre. Ensuite, on peut passer à 2,99, comme la majorité des ebooks et à 9,90 pour les livres papiers.

 

 

L’écrivain d’aujourd’hui doit se voir en entrepreneur

A l’heure où il n’a jamais été aussi facile de créer un site internet et de vendre un produit ou un service, et où tout un chacun peut s’improviser entrepreneur, l’écrivain a lui aussi à sa disponibilité des outils nouveaux pour écrire puis faire connaître son livre. Il est dans une démarche entrepreneuriale.

Edité ou non, l’auteur du XXIème siècle doit toujours être dans une démarche pro-active, et tirer parti des derniers outils. C’est particulièrement vrai en auto-édition.

Les américains ont un mot tout trouvé pour désigner ce nouveau statut d’auteur en autoédition amazon: authorpreneur.

Vendre un livre avec succès, c’est faire en sorte que vos lecteurs expriment le besoin du livre, et ne soient pas seulement dans un achat de curiosité. C’est faire passer son livre du statut d’achat d’impulsion vers celui d’achat de prescription. Tout le travail de promotion doit être réalisé en ce sens.

=> Lettre ouverture aux auteurs qui ne pensent pas à leurs lecteurs

 

Il faut passer au moins autant de temps à promouvoir qu’à écrire

C’est une des erreurs que je croise le plus fréquemment sur mon blog. Nombreux sont les auteurs à écrire un livre de grande qualité, avec passion et courage, puis à le publier et à attendre. La suite est courue d’avance : les ventes ne viennent pas, le livre n’est pas connu et l’auteur se décourage. C’est sur, il y a 280 000 livres publiés sur Amazon chaque année.

Quel dommage.

Tous les auteurs devraient retenir qu’il faut promouvoir autant que l’on écrit. Et si l’on ne se sent pas fait pour cela, il ne faut pas hésiter à utiliser des services qui font gagner du temps, et commencer par des choses simples :

  • Mailchimp, pour paramétrer automatiquement des e-mails à l’avance et créer de beaux e-mails.
  • Créer une page auteur sur Amazon, pour donner envie de vous découvrir. Il faut aller chercher le lecteur à la source.
  • Créer une campagne Facebook avec quelques euros, pour vous rapprocher de vos lecteurs.
  • Envoyer votre livre en service presse à des blogueurs bien choisis : simplement.pro (avis)
  • Placer un bandeau promouvant votre livre (HelloBar) sur votre site

Si vous cherchez des idées pour faire connaître votre livre, vous pouvez lire ces 170 idées pour promouvoir son livre, la liste la plus complète que je connaisse.

=> Découvrez aussi nos formations et e-books pour progresser.

 

La couverture est capitale

En autoédition Amazon (tout comme en librairie ou en salon), la couverture est le premier contact qu’a le lecteur avec votre livre.

Une couverture ne doit pas être laissée au hasard. Il faut travailler au minimum :

  • Sa taille, pour qu’elle soit bien visible dans les résultats de recherche
  • Ses couleurs, pour qu’elle ressorte, mais soit fidèle au genre
  • L’image principale et les émotions qu’elle véhicule, pour ne pas laisser indifférent
  • Les informations qui y figurent
  • La police

Sur graphiste.com ou graphistesonline.com, on peut trouver des freelance qui réaliseront la couverture professionnelle dont vous rêvez.

Lisez aussi notre étude sur plus de 2000 couvertures de livres en France pour étudier les facteurs qui font d’une couverture un succès

Après la couverture, la quatrième de couverture soit être surveillée de près.

 

Le titre du livre doit se décider en fonction de chiffres et de données objectives

Quelque soit le genre de votre livre (oui, oui, même un roman), le titre ne doit pas se décider par pure poésie ou mélodie des mots. Le titre doit obéir à des règles précises, des règles qui permettent d’attirer les lecteurs. Je les ai détaillées dans ce long article dédié aux titres. Celui-ci doit :

  • Créer de l’intrigue
  • Être optimisé pour les moteurs de recherche (je vous dis comment)
  • Déterminer clairement le genre du livre
  • Délivrer suffisamment d’informations

 

La description sur Amazon obéit à des règles

De même que le titre, la description doit s’optimiser pour favoriser l’intérêt des lecteurs et les conversions. Tant sur le fond, que sur la forme. Sur ce sujet, Cyril Godefroy a écrit un très bon article, inutile de répéter ces bonnes idées, que j’ai moi même apprises auprès des auteurs américains, voici ses 2 articles :

Améliorer la forme

Améliorer le fond

 

Amazon regorge d’astuces et de techniques qui aident les auteurs qui veulent émerger

Il ne faut surtout pas se contenter de publier son livre sur Amazon en auto-édition, comme l’on posterait une lettre à la poste. Pour émerger sur Amazon par KDP, il faut optimiser toutes les informations que l’on y dépose et toutes les opportunités que la plateforme nous donne. Notamment :

  • Les 7 mots clés, qui doivent être fidèles à ce que cherchent les lecteurs
  • L’aperçu « Feuilleter« , qui doit donner le ton du livre, tout en laissant le suspens et si possible un lien vers le site de l’auteur
  • Le sous-titre
  • Les catégories, qui doivent correspondre au genre du livre. Il ne faut pas hésiter à écrire à Amazon pour leur demander de changer le livre de catégories, si votre catégorie n’est pas dans la liste proposée (cela arrive très souvent)
  • La page auteur, pour le référencement dans Google et pour donner des informations aux lecteurs
  • Les promotions, qui permettent de mettre en avant vos livres par des actons marketing,
  • Le contenu A+

 

Les lecteurs sont dans la liste d’e-mails

Dépendre du trafic fourni par Amazon, fnac.com ou Kobo n’est pas assez ambitieux. Certes, ces plateformes vous offrent des lecteurs. Mais il faut avoir vos propres lecteurs, vos propres fans.

En tant qu’auteur, il faut collecter très tôt les e-mails de lecteurs intéressés par vos travaux ou vos livres. Grâce à cela :

  • Au moment du lancement, et après, vous enverrez des e-mails de présentation de votre livre
  • Ces lecteurs iront acheter le livre sur Amazon, augmentant de facto le classement de votre livre sur Amazon
  • Ce qui aura pour effet de le rendre plus visible, et donc d’attirer plus de trafic.

N’est-ce pas un cercle vertueux? C’est vraiment l’un des enseignements important de mon témoignage.

 

Une plateforme d’auteur est indispensable

Pour collecter les e-mails, la meilleure pratique est d’avoir une plateforme d’auteur. Une plateforme d’auteur est un site web, qui recueille du trafic naturel et est entièrement orienté vers le recueil d’e-mails de visiteurs. Ils constitueront votre futur lectorat.

Elle sert également à présenter vos livres, et à garder un contact.

Regardez ce que font ces auteurs indépendants qui réussissent bien :

Lisez cet article dédié aux sites et blogs d’auteur, pour apprendre les meilleures pratiques.

 

Il faut offrir quelque chose sur son site

Pour collecter des e-mails de lecteurs intéressés, le meilleur moyen est d’offrir un petit cadeau, en échange d’un e-mail. J’en suis un bon exemple, puisque vous êtes régulièrement sollicités pour télécharger mon cadeau sur ce site : « 20 idées qui marchent pour promouvoir son livre ».

Je vous assure que cela marche.

 

Ne pas travailler tous les réseaux sociaux à la fois

Trop d’auteurs s’inscrivent sur Facebook, Twitter, Pinterest, Wattpad, Instagram, TikTok

Et après ? Avez-vous conscience du temps que cela prend de gérer tous ces comptes et de les faire vivre. C’est tout simplement impossible.

Lorsque l’on publie un premier livre, ou que l’on veut faire mieux connaître ses publications, les réseaux sociaux apparaissent comme des incontournables.
Mais aussi des infranchissables.
  • Quel réseau choisir ?
  • Comment avoir plus de personnes qui suivent mon compte ?
  • Que publier sur les réseaux sociaux ?
Voici les questions que vous vous posez très fréquemment.
Il faut bien comprendre que les réseaux sociaux ont changé : ce ne sont plus des lieux où l’on fait la promotion de son livre directement auprès de ses amis ou de connaissances.
Ce sont des lieux où l’on partage du contenu, des informations, du divertissement. 
Chaque compte sur les réseaux sociaux est un petit media, qui s’aventure vers sa communauté. 
Voici quelques conseils précis pour faire avancer la promotion de vos livres sur les réseaux sociaux : 
1. Amorcez la pompe.
Un compte sur un réseau social n’est utile que s’il est suivi (followers, fans …). S’il n’est pas suivi, les messages ne sont pas lus, et personne n’entend parler de vos livres.
Pour avoir plus de « followers« , il faut : commencer à publier, même si peu de personnes lisent. Demander à vos connaissances de relayer les premiers posts. Participer à des conversations et apporter des informations utiles.
Il faut y passer du temps. Ainsi vous attirerez la curiosité, et les gens suivront votre compte.
2. Publiez du contenu chaque semaine, en faisant entrer dans l’atmosphère de vos livres, de vos analyses, de vos personnages, de vos recherches d’écriture.
Petit à petit, des inconnus viendront s’intéresser à vos travaux. Cette régularité est essentielle.
3. Choisissez un réseau, et un seul, et exploitez le à fond.
Pendant 1 an, forcez-vous à n’en exploiter qu’un seul, mais à y faire grandir votre communauté à plusieurs centaines de personnes.
Travailler plusieurs réseaux à la fois dilue l’effort que vous pourriez consacrer sur un seul réseau.
4. Chaque semaine, commentez les posts d’autres personnes, et participez aux conversations.
C’est un moyen qui fonctionne bien pour se faire découvrir.
5. Chaque réseau a sa spécificité et correspond à une cible de lecteurs. Choisissez bien le vôtre :
  • Pinterest est un réseau social de l’image, pour partager des créations graphiques, des récits de voyage, des décorations.
  • Instagram est un réseau de l’image et de la vidéo, pour partager son parcours, son actualité, ses découvertes. C’est un réseau assez générique et ouvert.
  • Facebook est un réseau large et générique, la plus grande communauté. A choisir si vous ne savez pas lequel choisir.
  • LinkedIn est un réseau professionnel utile pour les livres de non-fiction, les essais, les livres de réflexion, et les biographies, ainsi que les livres de développement personnel. Le réseau est très ouvert désormais.
  • TikTok n’est à utiliser que si vos lecteurs ont moins de 30 ans.
  • Twitter est un réseau journalistique centré sur quelques communautés. Si d’autres auteurs de votre genre littéraire y ont une réelle présence, considérez-le. Sinon, laissez de côté.

 

Il faut savoir dépenser un peu pour émerger et faire les choses de façon professionnelle

Il y a quelques postes de dépenses qui sont pour moi incontournables si l’on veut se donner des chances de réussir. En priorité:

  • Une plateforme de diffusion et de mise en page si l’on ne souhaite pas diffuser son livre seul sur Amazon KDP. Voir le comparatif de ces plateformes. Compter 50-100 €
  • Une couverture de qualité. Par un graphiste que vous connaîtriez, par exemple par l’outil Canva.com, ou par l’excellent 99 designs. Compter 150 -200 €
  • Un budget de communication (20-30 €) pour acheter des annonces sur Facebook
  • Un budget pour envoyer des livres à des blogueurs ou à des personnes susceptibles d’en parler. Compter 50 € pour une dizaine de livres.

Soit au total 400 € maximum

 

Le quinté gagnant : préparer le terrain, écrire, communiquer, publier, communiquer encore

Regardez ces deux e-mails que j’ai reçus très récemment :

et

Ces e-mails ne sont pas une surprise. C’est déjà beaucoup que ces auteurs s’en rendent compte.

Il faut préparer la promotion en amont, et savoir quoi faire. La promotion de son livre, ce n’est pas une somme d’astuces, c’est une structure, un processus qui prend du temps, mais qui marche et ancre l’auteur dans le paysage pour le long-terme.

 

Donnez, et ensuite vous recevrez

Pour promouvoir son livre, il ne s’agit pas simplement de parler de son livre à droite et à gauche, ou à des endroits bien ciblés. Il faut faire partie d’un groupe d’auteurs que les lecteurs apprécient.

Et pour rentrer dans ce livre d’auteur, il faut d’abord rentrer en contact avec eux, promouvoir leurs livres à eux, sur Facebook ou sur votre site. De la sorte, vous vous appuyez sur leur notoriété pour émerger.  Une fois que les lecteurs vous auront identifié comme vecteur de bonnes idées, ils vous adopteront.

Il sera alors bien plus facile de leur montrer vos propres livres. Bien sûr, cela prend quelques mois …

 

Ce n’est pas parce que qu’un sujet ou une thématique a déjà vu beaucoup de livres, qu’il faut l’écarter

J’entends souvent des auteurs qui aimeraient écrire un livre sur un sujet où beaucoup a déjà été écrit. Par exemple ?

  • Un roman policier à New-York
  • Un roman feel-good sur une jeune active déprimée
  • Un roman sentimental en Provence
  • Un livre pratique sur la diététique

Oui, ces thématiques sont déjà encombrées. Mais :

  • Les thématiques encombrées comportent toujours un nombre de lecteurs important. C’est la loi du marché. Donc il y en aura pour tout le monde.
  • Les lecteurs ne sont pas exclusifs. Quand ils aiment, ils lisent plusieurs livres de la même trempe.

N’hésitez pas, écrivez ce que vous sentez bien, là où vous êtes à l’aise. Si le contenu est bon et que la méthode de promotion est efficace, le livre émergera parmi les autres. Ne vous en faites pas pour cela.

 

Un livre est un produit

J’ai déjà eu l’occasion de l’exprimer dans cet article, il faut casser un tabou : oui, le livre est un produit, et oui il faut le traiter comme tel, en le promouvant, et en cherchant des lecteurs. Les grandes maisons d’éditions le considèrent comme tel.

Celui qui le refuse encore réduit mécaniquement ses chances de se voir lu. Or quel est l’objectif premier d’un auteur ?

 

62 Comments

  1. Bravo pour cet article Olivier ! Très complet et bien écrit. Merci 🙂

  2. Moi qui n’y connaissais rien, ça m’a passionnée ! Merci pour cet article !

    • nelly labbez nelly labbez

      Bien que non initiée à ces nouveaux marchés, j ai lu l article jusqu au bout. On ressent que son auteur maîtrise bien le sujet dans le détail et qu il n hésité pas à partager son expérience et ses recommandations pour éviter aux candidats à ce type d’édition les écueils, voire tout simplement l échec. Bravo.

  3. Jane Doe Jane Doe

    Bonjour,
    Le meilleur conseil à adresser aux deux auteurs qui vous ont envoyé les e-mails, serait… d’apprendre à écrire !
    On n’écrit pas :  » ma principale difficulté que je rencontre… »
    Et pire on n’écrit pas :  » Je n’ai pas une idée claire comment le promouvoir » ou  » Je n’ai pas vendu aucune copie ».
    Tous les éditeurs mettront le manuscrit au rebut après avoir lu une de ces phrases.
    Aucun lecteur ne lira plusieurs pages de ce niveau.
    Certains manuscrits sont refusés par les éditeurs pour das raisons évidentes.

    • William Kergroach William Kergroach

      Oui, vous avez raison. Mais il eût été élégant de n’en rien dire…

      • Kristoula Kristoula

        Certes…Mais à vrai dire, mieux vaut commencer par apprendre à maîtriser la langue française. Sinon une publication sous la forme d’un e-book risque bien d’être un gage de bas niveau culturel propre à dissuader le lecteur de s’y aventurer. Et au dire même des auteurs, les plateformes sont déjà tellement encombrées. Cela fait presque froid dans le dos de tenter une publication dans ces conditions.

  4. Sandra Rastoll Sandra Rastoll

    Bonsoir Olivier,
    Merci pour cet excellent article trés clair et trés détaillé ainsi que les liens et outils indispensables pour suivre vos conseils. Je ne manquerai pas de lire vos autres articles que je n’ai pas encore eu le temps de consulter. Je regrette juste qu’un point n’est pas été évoqué : comment faire pour classer un roman sur amazon quand il est en limite de plusieurs genres. Je pense par exemple à un thriller qui possède une solide intrigue mais qui fait aussi référence au fantastique et porte également une romance.

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour Sandra,
      Merci pour votre retour.
      Amazon permet de mettre jusqu’à 2 catégories en Kindle, et 5 en Broché. Vous pouvez-donc vous enregistrer dans plusieurs catégories, même sur des genres différents.
      Bonne publication !

      • Sandra Rastoll Sandra Rastoll

        Bonsoir Olivier,

        Merci pour l’info.

  5. Luc Doyelle Luc Doyelle

    Très bon article. Juste un point sur lequel je ne suis pas d’accord : Il faut adhérer à KDP Select, pour deux raisons.
    La première est que les autres plateformes ne sont pas intéressantes, et engendrent très peu de ventes.
    La deuxième, contrairement à ce que tu affirme, est que le programme de lecture permet souvent de doubler ses revenus (et non engendrer 10%). Certains mois, je gagne plus avec les pages lues qu’avec les ventes.

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Merci de ton commentaire et de ton témoignage, Luc.
      Certains auteurs gagnent bien avec KDP Select en effet. Cela dépend énormément des genres littéraires. J’ai vu de tout.

  6. Beatrice Chapal Beatrice Chapal

    Bonjour à tous, j’écris depuis toujours. Cependant, je n’ai jamais même tenté de publier jusqu’à présent. Aujourd’hui j’y pense et m’informe sur l’auto-publication… Promouvoir en amont dites-vous! Pardonnez mon ignorance en la matière… J’écris des nouvelles, des chroniques, des histoires tirées de faits réels ; si je souhaite publier un récit, que celui-ci n’est pas encore tout à fait terminé, puis-je donc en commencer la promotion? Merci à vous pour la réponse que vous voudrez bien me donner.

  7. Patrick Belime Patrick Belime

    Bonjour,

    Je ne parviens pas à savoir si un titre publier sur Amazone, pas en KDP, que papier, peut-être présenté ou non à un éditeur.
    Si quelqu’un a trouvé l’info..
    Merci
    Bon courage à tous
    Patrick

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour Patrick,
      Oui, je vous confirme que vous pouvez présenter votre titre aux éditeurs. C’est votre livre, vos droits d’auteurs.

  8. Bonjour,
    J’aimerais des conseils pour l’édition de comptines pour enfants svp. C’esttres Particulier et je ne trouve jamais d’info sur le sujet. Merci a bientôt.

  9. Gilles Pasquier Gilles Pasquier

    Vous au moins, vous vous exprimez clairement.
    Question : Amazon est une entreprise américaine. Si vous vendez aux USA, il vous faut un numéro ITIN de la part de l’administration fiscale américaine et qui vous permette d’attester que vous n’êtes ni citoyen américain, ni résident aux USA.
    Faute de quoi, vous paierez des impôts deux fois sur vos ventes aux USA : en France et aux USA.
    Il faut d’abord remplir un formulaire W7, disponible sur http://www.irs.gov/pub/irs-pdf/fw7.pdf
    Ensuite que faut-il faire ?
    Merci d’avance.

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour Gilles,
      Ce formulaire permet en effet de ne pas payer de double imposition. Nous le remplissons pour tous ceux qui publient leur livre avec publiersonlivre.fr
      Une fois rempli, vous n’avez plus à vous préoccuper de la fiscalité américaine et pouvez vous concenter sur votre publication.
      Olivier

  10. Rony Thevenin Rony Thevenin

    Merci bc monsieur. Je vais vos conseils a la lettre. Pour publier sur kindle gratuitement, il suffiy de monter sur le site et puis de telecharger mon fichier Pdf, est-ce il y a d’autres choses a faire?

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour Rony,
      Beaucoup d’autres choses oui :
      – mettre en page son fichier correctement pour que le rendu sur Kindle, mais aussi sur les autres support de lecture soit bon (et à ce titre, PDF n’est pas le meilleur format)
      – créer une couverture de qualité, qui fasse mouche
      – paramétrer les mots clés et autres éléments de référencement
      – et publier sur d’autres plateformes qu’Amazon
      C’est la raison d’être des outils d’auto-édition

  11. Théophile BONG B. Théophile BONG B.

    Bonjour,
    Je passe mon temps libre à écrire. Je n’avais jamais publié auparavant. Il y a quelques semaines, j’ai publié mon premier livre chez un éditeur et je ne savais comment l’accompagner par une communication appropriée pour booster sa vente.
    Je viens d’apprendre par votre article beaucoup de choses qui vont sûrement m’aider.
    J’ai un livre que je voudrai publier en KDP. Pourriez-vous m’aider ?
    Je vous remercie

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour,
      Merci pour votre message.
      Oui nous pouvons vous aider. Contactez-moi via le formulaire de contact.
      Olivier

  12. Caroline Hugon Caroline Hugon

    Bonjour,
    Merci pour votre article. Je n’ai pas encore fini d’écrire mon premier roman mais je me renseigne dès lors sur la suite. Ma question est de savoir si l’on peut s’auto-editer tout en proposant son livre au maison d’édition. Comme ce sont deux méthodes très différentes, je pense vraiment qu’elles ne touchent pas les mêmes prospects, aussi, même si la rémunération est moindre en passant par un éditeur, je trouve cela intéressant pour faire valoir la valeur de son livre et le faire connaître. C’est donc ce que j’aimerais faire mais je n’arrive pas à savoir si cela est possible légalement parlant.
    En vous remerciant d’avance pour votre réponse.
    Cordialement

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour Caroline,
      Oui, l’autoédition n’est pas du tout exclusive d’une future publication avec une maison d’édition. La démarche est même valorisée par les éditeurs, car elle permet de prouver l’intérêt du public pour votre livre.
      Une fois le contrat signé avec un éditeur, il faudra retirer le titre de l’autoédition, bien sûr.

      • Caroline Hugon Caroline Hugon

        Merci beaucoup ! Après s’il se vend trop bien en auto édition bah je le vendrais pas à un éditeur les revenus pour l’auteur tombe à 7 à 12% apparemment quand on passe par une maison d’édition. Je croyais qu’on pouvait faire les deux. Merci beaucoup pour cette information je vais y réfléchir.

        • Philippe Philippe

          Oui vous pouvez faire les 2. Vous n’êtes pas obligé de céder tous vos droits à la maison d’édition. Vous pouvez vendre uniquement vos droits papiers et garder vos droits numériques ou ne vendre vos droits que pour certains territoires.

  13. Bonjour,
    Je souhaiterais publier un livre de conte pour enfants avec une partie audio surAmazone. Pensez-vous que le concept est possible? Si oui le format du livre est aussi un problème car il est plutôt de type paysage avec le texte à gauche et l’illustration qui s’y réfère à droite.
    Merci pour vôtre réponse.
    Séverine

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour Séverine,
      En auto-édition, vous pourrez publier en format papier, ebook et audio, mais sur 3 supports différents. Vendre un livre avec CD est impossible en auto-édition aujourd’hui.
      Pour le format d’impression, le format paysage ne pose aucun problème.

  14. Isabelle Bartman Isabelle Bartman

    Bonjour,

    Quel article riche et passionnant ! Merci beaucoup.
    J’ai écrit, il y a quelques année, des historiettes pour enfants de 5 à 7 ans et le confinement actuel et le temps dont je dispose me poussent à tenter ma chance de la publication.
    Ma difficulté c’est l’illustration. Dans votre article vous parlez de graphistes en free lance pour la couverture, mais peut on aller plus loin car j’imagine que les historiettes pour enfants de cet âge sans illustration…
    Merci pour l’aider que vous m’apporterez
    Isabelle

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour Isabelle,
      Je ne suis pas sûr de bien comprendre votre demande. Nous pouvons vous proposer plusieurs graphistes pour réaliser vos illustrations. Nous pouvons aussi échanger ensemble sur la publication de votre livre sans illustration.
      Vous pouvez nous contacter.
      Bien à vous

  15. Sharon Sharon

    Merci Olivier !

  16. Anouk Anouk

    Article intéressant, merci.
    Petite question pour petit avis concernant les ebooks : Nombre de plateformes d’autoédition proposent de publier les ebooks, y compris sur Amazon et autres…
    Que vaut-il mieux ? Publier via ces plateformes qui diffusent pour diffuser plus largement ou bien le faire sur amazon + … + …. ? Y-a-t-il une différence (technique peut-être) ?

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour Anouk,
      Très peu de librairies proposent de publier directement sur leur plateforme (Amazon oui, Google oui, Fnac par Kobo).
      C’est pour cela qu’il vaut mieux passer par un service qui diffuse plus largement.
      Ensuite, en effet, les formats sur toutes les plateformes ne sont pas les mêmes, et cela peut mener à des difficultés techniques.

  17. Coralie Delplanche Coralie Delplanche

    Bonjour,
    J’ai une petite question qui concerne Kdp sélect. Je sais qu’avec le programme select Amazon détient l’exclusivité du livre numérique mais en est-il de même pour le format papier ou puis-je tout de même proposer les livres papier à des libraires ?

    En tout cas merci pour votre article !

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour,
      Il n’y a pas ce système d’exclusivité pour les livres Brochés sur Amazon.

  18. Emily Emily

    Bonjour, j’ai écrit un livre quelque peu particulier il a deux ans, je l’avais déjà envoyé à des maisons d’éditions mais les contrats qu’ils m’ont proposé étaient vraiment très excessif au niveau du budget et surtout des droits ect ect, alors j’ai tout mis entre parenthèse et on m’a parlé de l’autoédition mais je ne sais pas vraiment comment m’y prendre, d’autant plus que je préférerais rester anonyme…

    Pourriez-vous m’aider ?

    Merci beaucoup pour votre article très constructif !

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour Emily,
      Oui c’est notre rôle de vous aider, en travaillant sur votre livre, ou en vous accompagnant pour le meilleur choix. N’hésitez pas à nous contact directement.
      Olivier

  19. Bonjour,
    Merci pour cet article riche d’informations. Une question cependant, reste en suspens. Lorsque l’on dépublie un de ses texte de Kdp Amazon, récupère-t-on ses droits d’auteur? peut-on alors le publier sur d’autres sites, voire le proposer à une maison d’édition?
    Cordialement

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour Pascal,
      Vous gardez vos droits d’auteurs dans tous les cas et pouvez publier ailleurs. C’est avec le programme KDP Select que l’on ne peut pas publier ailleurs selon les directives Amazon.

      • Kriss Kriss

        … et je crois qu’il y a un délai de 90 jours de préavis à donner pour sortir du programme KDP Select, si mes souvenirs sont bons 😉

  20. Joseph Eroumé Joseph Eroumé

    Merci pour les conseils. Je crois qu’il est indispensable de comprendre que le tout n’est pas d’écrire. Et, s’ajoute l’épineux problème du nombre d’exemplaire réel vendu par l’éditeur.

  21. Bonjour,
    Je suis auteure (Agnès Forestel) et j’auto-édite mon livre : « Commencer le Piano après 60 ans c’est possible » et « une méthode « Je réussis au Piano », qui marchent très très bien. Mes revenus n’ont rien à voir avec ce que me proposaient les éditeurs. (5 % du prix du livre en moyenne ) et 7 % si i vous dépassez les 5000 exemplaires. En autoédition mes gains sont multipliés par 9 après tous mes prélèvements.
    J’ai fait le choix du livre papier.
    J’apprécie d’avoir le relationnel direct avec mes lecteurs, ce qu’on n’a pas, ou peu avec les éditeurs.
    Je sais combien de livres je vends, cela ne demande que très peu d’administratif.
    Je cherche régulièrement des moyens d’améliorer ma promotion, et je vous remercie pour vos précieux conseils, permettant d’aller plus loin dans cette démarche qui, il faut bien le dire, n’est pas dans l’ADN des créateurs.
    Cela demande des compétences qu’on n’a pas forcément envie de développer, un gout pour le commerce, mais aussi beaucoup d’astuce, de psychologie pour se démarquer, et d’idées originales, pour aller chercher le lecteur là ou d’autres n’auront pas été.
    Vous avez tout à fait raison de souligner la stupéfaction qui saisit un auteur après qu’il ait posé son point final. Alors qu’il se croit soulagé d’en avoir enfin terminé, c’est seulement là que TOUT COMMENCE ! On ne le dira jamais assez.
    https://agnes-forestel.org/

  22. Bonjour ,
    Voila enfin un site passionnant, qui ne se dilue pas en blabla, et qui est bourré d’infos vraiment utiles. Bravo et merci pour cet excellent travail ! C’est un must pour ceux qui veulent tenter la grande aventure pour la première fois, ou pour les professionnels aguerris (comme moi) qui souhaitent développer leur activité vers un lectorat de niche, trop étroit pour vraiment intéresser un éditeur classique.

  23. TRES passionnant Votre site qui arrive pour moi à point nommer. Mon livre a été publié en Français sur KDP Amazon et je suis un peu bloqué pour la promotion . Domicilié à la Martinique J’ai alors pensé à la traduction en Anglais Espagnol et Brésilien mais je ne sais pas comment trouver de l’aide. Alors votre courriel est une coïncidence et peu être même de très bonne augure. Avec mes remerciements pour votre aide.
    Adrien

  24. Sandrine Sandrine

    Bonjour, je viens de tomber par hasard (non ça n’existe pas ;-)) sur votre site Olivier. Les derniers commentaires datent d’un an, êtes-vous toujours disponible pour quelques conseils? Merci par avance. Sandrine

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour Sandrine,
      Oui, je suis pleinement actif et disponible :). N’hésitez pas à m’écrire par le formulaire de contact.

  25. Jean-Marie Ployé Jean-Marie Ployé

    Bonjour monsieur Morel,

    Je viens de signer dans une maison d’édition qui se dit « à compte d’éditeur » (le lys bleu). Dans le contrat, ils se disent distribués par Sodis. Voilà qui est une bonne nouvelle mais est-elle juste ? Car Sodis fait partie des plus grosses maisons de distribution. Merci pour votre éclairage.

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour Monsieur,
      Sodis appartient à Gallimard, et travaille également en prestation de distribution pour des maisons d’édition extérieures. Il est donc tout à fait possible que Le Lys Bleu vous propose une distribution Sodis.

  26. Posié-Monthé Azis-Bouderbalard Posié-Monthé Azis-Bouderbalard

    Bonjour Monsieur Morel
    Merci pour cet article fort édifiant. Je voudrais savoir, parlant de la description, si on peut prendre le résumé de la quatrième de couverture pour en faire la description sur Amazon, vu que les deux visent le même objectif : renseigner le lecteur sur le contenu du livre et l’accrocher. Si non, comment éviter les redites dans ces deux textes ?
    Bien cordialement.

  27. Anne-Sophie Anne-Sophie

    Bonjour,
    Merci pour cet article intéressant.
    Pour la couverture de mon livre, j’ai choisi une photo dite « libre de droits » sur Istockphoto, que j’ai payée 10 euros . Ai-je le droit de commercialiser sur Amazon un livre avec cette photo en couverture ?
    Cordialement,
    Anne-Sophie Prost

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour,
      Il faut regarder la licence de la photo achetée, et vérifier que son auteur autorise la libre utilisation commerciale.

  28. Bonjour et Merci pour ces idées. Vous oubliez Kobo Versus ou en plus de Kindle.
    Mon compte d’auteur KDP étant bloqué par Amazon depuis un an sans explication ni solution, je viens de publier mon roman sur Kobo. Pour comparer avec Kindle, on les contacte bien plus facilement et ils répondent efficacement (j’avais un problème en Word.doc résolu en passant en LibreOffice.odt) ; Contrairement à KDP qui vous balade de support en support, anonymement, sans suivi, ni solution, ni sérieux. Amha, le SAV d’Amazon est tellement médiocre que finalement malhonnête.

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour, Merci pour votre commentaire.
      La différence majeure est le nombre de lecteurs potentiels : ils sont bien plus nombreux sur Kindle et Amazon que sur Kobo. C’est réellement significatif, d’expérience, même si certains livres font de bonnes ventes sur Kobo, dans certains genres littéraires.

  29. Sylvie Royer Sylvie Royer

    Bonjour et merci pour tous vos conseils qui seront bien précieux pour moi .
    Mon cas est différent je pense des autres qui ont voulu écrire des livres , qui se sentent écrivain, auteur; moi pas du tout ! Je suis une personne très expérimentée, je pense dans mon domaine, le béton ciré ( 20 ans d’expérience, d’apprentissage , de connaissances…)que j’ai décidé de transmettre sous forme de fichiers à télécharger très complets je pense Mes fichiers sont sur Shopify ; je n’ai pas de « vues » je fais peu de ventes J’ai décidé de transformer mes fichiers en livres , donc de transformer les parties vidéos en style « romans photos » pour suivre les actions et garder le côté visuel , vivant du travail . Je ne pense pas qu’il y ait foule sur la vraie vie de chantier et tout ce qu’il faut savoir pour réussir son chantier en béton ciré , j’espère que les livres, ebooks seront plus visibles que les fichiers . Votre blog sera sûrement pour moi mon meilleur ami pour me guider

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour Sylvie,
      Merci pour votre message. Dans le cas de votre livre, il faut le voir comme un guide, un produit, à destination d’une cible bien identifiée. Il faut donc utiliser des techniques de promotion webmarketing. Plusieurs articles du site pourront vous aider en effet.

  30. Sophie Sophie

    Merci beaucoup Olivier pour l’article et les réponses précises aux questions posées.
    Je souhaiterais publier une sorte de guide avec des dessins, des illustrations que j’ai réalisées moi-même à l’aide du logiciel Procreate.
    Pourriez-vous me confirmer que c’est bien possible de publier texte et dessin en auto-édition Amazon ?

    Je vis au Canada. Comment choisir entre Amazon.fr et Amazon.ca ?

    Merci de m’avoir lue, j’espère que vous pourrez rejoindre à mes 2 questions.

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour Sophie, oui je vous confirme que KDP propose l’impression de livres illustrés, en couleur. Le choix entre amazon.fr et .ca doit se faire en fonction de là où se trouvent vos lecteurs. En francophonie, .fr est porteur, et ne coupe pas de lecteurs canadiens.

  31. Benoit Hamot Benoit Hamot

    Bonjour et merci pour toutes ces informations. Une question encore: comment se passe concrètement la livraison de livres papier en autoédition sur Amazon ou autres: sont ils stockés et livrés par ces plateformes, ou devons-nous les stocker et livrer nous-mêmes par la poste?

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour, les livres sont imprimés majoritairement à chaque commande. Donc stockés et livrés par Amazon ou les plateformes. De petits stocks peuvent être constitués par les plateformes, stockés par eux-mêmes. L’auteur n’a pas de contraintes logistiques à gérer.

  32. Elizabete Mathieu Elizabete Mathieu

    Bravo!!!. Merci pour tous ces conseils. Je souhaite publier ma thèse de doctorat en Histoire, soutenue à la Sorbonne Paris, en 2022. Le sujet porte sur les mouvements ouvriers agricoles dans le Brésil post-abolition. J’ai obtenu une mention honorable de l’ABRE, l’association des brésiliens en Europe, comme meilleure thèse en sciences sociales en Europe, en 2022. Comment publier la thèse dans un livre ? Merci beaucoup pour votre collaboration

    • Merci pour votre message. Une thèse se publie de la même manière, en l’intégrant dans un format livre, avec mise en page, couverture puis diffusion.

  33. Hildegarde Hildegarde

    Bonjour,
    Merci pour cet article.
    Vous conseillez de fixer le prix le plus bas possible mais vous ne parlez pas de la taille du livre. Est-il bien raisonnable de proposer un livre de 300 pages qui vous a coûté beaucoup de travail à 0,99 ? Est-ce que ça ne dévalorise pas le texte aux yeux mêmes du lecteur potentiel ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos services

Publier son Livre a trois missions : vous aider à écrirepublier et à promouvoir votre livre. Et plus largement, vous permettre de réussir dans la forme d’édition qui vous correspond le mieux (recherche de maisons d’édition, compte d’auteur, auto-édition, impression de livre à la demande).

Écrire est un projet unique. Auto publier ne signifie pas être seul, et promouvoir votre livre est une affaire de méthodes.  Publier, et promouvoir ne doivent pas être bâclés, ou réalisés sans bénéficier de bons conseils.

Notre équipe vous propose des contenus et formations, pour que la publication de votre livre soit à la hauteur de votre rêve : publication en autoédition, formation pour promouvoir son livre, décrocher une maison d’édition, améliorer son style d’écriture et sa maîtrise de l’intrigue, création de couverture,  publicité ciblée sur Amazon ou sur Facebook …

A tout de suite =>

Lire les meilleurs articles  | Nos FormationsNous contacter