Press "Enter" to skip to content

18 conseils auto-édition que j’aurais aimé recevoir avant de publier mon livre sur Amazon et ailleurs

L’expérience s’accumulant, je commence à avoir une bonne vision de ce qu’il faut conseiller à un auteur qui veut publier son livre sur Amazon en auto-édition et souhaite le promouvoir.

Jugez plutôt :

 

Il faudra plusieurs livres pour émerger et vendre

Il ne faut pas se faire d’illusion.

Aucun auteur n’existe durablement dans le paysage et dans son genre avec un seul livre. Plus le nombre de livre est élevé, plus le nombre de personnes touchées est grand. Les bons lecteurs achètent deux livres et non plus un. Tous les auteurs voient les ventes de leur premier livre augmenter après la sortie du deuxième.

N’oubliez pas que seuls 1000 livres auto-édités en France réalisent plus de 3 ventes par jour sur Amazon (soit environ 180 € par mois au moins), et 4 000 livres réalisent plus d’une vente (soit environ 60 € par mois).

Partant de ce constat, il semble évident que la clé est d’écrire plusieurs livres.

 

Ne pas adhérer à KDP Select et garder sa liberté, pour apprendre

Kindle Unlimited est un programme proposé par Amazon à l’ensemble de ses membres Prime. Pour 10€ par mois, ils peuvent lire autant de livres qu’ils le souhaitent. Ils téléchargent les livres sur leur kindle ou tablette. Et Amazon rémunère les auteurs à la page vue, en fonction d’une cagnotte mensuelle. Les auteurs qui acceptent que leurs livres soient téléchargés par les membres de ce programme font partie de KDP Select

Le prix par page vue change chaque mois, mais il est en moyenne de 0,005 centimes d’euros.

Le gros inconvénient du programme est qu’il est exclusif. Publiez avec Kindle Unlimited et vous ne pourrez pas publier sur d’autres plateformes.

En moyenne, KDP Unlimited apporte 5  à 10% de revenus supplémentaires aux auteurs. Mais cela prive de la possibilité de publier sur Kobo, Fnac.com, iTunes, Google Play comme décrit ici pour Google Play et ici pour iBooks d’Apple etc …

Or certains livres sont très adaptés à ces dernières plateformes, et peuvent y réaliser plus de ventes que sur Amazon.

Pour le savoir, il faut essayer, et ne pas s’enchainer avec Amazon.

 

Fixer un prix bas pour apprendre de ses lecteurs

1er argument :

Mécaniquement, un prix bas attirera plus de lecteurs potentiels, et donc plus de ventes. La rémunération par vente sera plus faible, mais là n’est pas l’important.

Les premiers mois d’un livre doivent permettre à l’auteur d’avoir des lecteurs, et des retours. L’auteur ambitieux doit penser à long terme et ne pas se focaliser sur le manque à gagner des premiers mois. Plus vous échangerez avec vos lecteurs, plus vous apprendrez pour vos prochains livres, et plus vous les fidéliserez.

2ème argument :

Regardez le tableau ci-dessous :

Il décrit les gains des ventes de livres des auteurs d’amazon.com, triés en fonction du prix. Il n’y a pas de mystère, les e-books à 2,99 €, 3,99 € et 4,99 € rapportent le plus au total.

Et notez comme le prix de 0,99 € enclenche un revenu important, ce qui signifie, vu son prix, un nombre de vente très important, bien supérieur au nombre de ventes des livres aux prix de 2,99 ou 3,99.

C’est ce prix de 0,99 € qu’il faut choisir lorsque l’on sort son livre. Ensuite, on peut passer à 2,99, comme la majorité des ebooks et à 9,90 pour les livres papiers.

 

 

L’écrivain d’aujourd’hui doit se voir en entrepreneur

A l’heure où il n’a jamais été aussi facile de créer un site internet et de vendre un produit ou un service, et où tout un chacun peut s’improviser entrepreneur, l’écrivain a lui aussi à sa disponibilité des outils nouveaux pour écrire puis faire connaître son livre. Il est dans une démarche entrepreneuriale.

Edité ou non, l’auteur du XXIème siècle doit toujours être dans une démarche pro-active, et tirer parti des derniers outils.

Les américains ont un mot tout trouvé pour désigner ce nouveau statut : authorpreneur.

 

Il faut passer au moins autant de temps à promouvoir qu’à écrire

C’est une des erreurs que je croise le plus fréquemment sur mon blog. Nombreux sont les auteurs à écrire un livre de grande qualité, avec passion et courage, puis à le publier et à attendre. La suite est courue d’avance : les ventes ne viennent pas, le livre n’est pas connu et l’auteur se décourage. C’est sur, il y a 280 000 livres publiés sur Amazon chaque année.

Quel dommage.

Tous les auteurs devraient retenir qu’il faut promouvoir autant que l’on écrit. Et si l’on ne se sent pas fait pour cela, il ne faut pas hésiter à utiliser des services qui font gagner du temps, et commencer par des choses simples :

  • Mailchimp, pour paramétrer automatiquement des e-mails à l’avance et créer de beaux e-mails.
  • Créer une page auteur sur Amazon, pour donner envie de vous découvrir. Il faut aller chercher le lecteur à la source.
  • Créer une campagne Facebook avec quelques euros, pour vous rapprocher de vos lecteurs.
  • Envoyer votre livre en service presse à des blogueurs bien choisis : simplement.pro
  • Placer un bandeau promouvant votre livre (HelloBar) sur votre site

Si vous cherchez des idées pour faire connaitre votre livre, vous pouvez lire ces 170 idées pour promouvoir son livre, la liste la plus complète que je connaisse.

La couverture est capitale

Sur Amazon (tout comme en librairie ou en salon), la couverture est le premier contact qu’a le lecteur avec votre livre.

Une couverture ne doit pas être laissée au hasard. Il faut travailler au minimum :

  • Sa taille, pour qu’elle soit bien visible dans les résultats de recherche
  • Ses couleurs, pour qu’elle ressorte, mais soit fidèle au genre
  • L’image principale et les émotions qu’elle véhicule, pour ne pas laisser indifférent
  • Les informations qui y figurent
  • La police

Sur graphiste.com ou graphistesonline.com, on peut trouver des freelance qui réaliseront la couverture professionnelle dont vous rêvez.

Le titre du livre doit se décider en fonction de chiffres et de données objectives

Quelque soit le genre de votre livre (oui, oui, même un roman), le titre ne doit pas se décider par pure poésie ou mélodie des mots. Le titre doit obéir à des règles précises, des règles qui permettent d’attirer les lecteurs. Je les ai détaillées dans ce long article dédié aux titres. Celui-ci doit :

  • Créer de l’intrigue
  • Etre optimisé pour les moteurs de recherche (je vous dis comment)
  • Déterminer clairement le genre du livre
  • Délivrer suffisement d’informations

La description sur Amazon obéit à des règles

De même que le titre, la description doit s’optimiser pour favoriser l’intérêt des lecteurs et les conversions. Tant sur le fond, que sur la forme. Sur ce sujet, Cyril Godefroy a écrit un très bon article, inutile de répéter ces bonnes idées, que j’ai moi même apprises auprès des auteurs américains, voici ses 2 articles :

Améliorer la forme

Améliorer le fond

 

Amazon regorge d’astuces et de techniques qui aident les auteurs qui veulent émerger

Il ne faut surtout pas se contenter de publier son livre sur Amazon, comme l’on posterait une lettre à la poste. Pour émerger sur Amazon, il faut optimiser toutes les informations que l’on y dépose et toutes les opportunités que la plateforme nous donne. Notamment :

  • Les 7 mots clés, qui doivent être fidèles à ce que cherchent les lecteurs
  • L’apperçu “Feuilleter“, qui doit donner le ton du livre, tout en laissant le suspens et si possible un lien vers le site de l’auteur
  • Le sous-titre
  • Les catégories, qui doivent correspondre au genre du livre. Il ne faut pas hésiter à écrire à Amazon pour leur demander de changer le livre de catégories, si votre catégorie n’est pas dans la liste proposée (cela arrive très souvent)
  • La page auteur, pour le référencement dans Google et pour donner des informations aux lecteurs
  • Les promotions Auteurs Indés, 2 fois par an, qui permettent d’augmenter ses ventes

 

Les lecteurs sont dans la liste d’e-mails

Dépendre du trafic fourni par Amazon, fnac.com ou Kobo n’est pas assez ambitieux. Certes, ces plateformes vous offrent des lecteurs. Mais il faut avoir vos propres lecteurs, vos propres fans.

En tant qu’auteur, il faut collecter très tôt les e-mails de lecteurs intéressés par vos travaux ou vos livres. Grâce à cela :

  • Au moment du lancement, et après, vous enverrez des e-mails de présentation de votre livre
  • Ces lecteurs iront acheter le livre sur Amazon, augmentant de facto le classement de votre livre sur Amazon
  • Ce qui aura pour effet de le rendre plus visible, et donc d’attirer plus de trafic.

N’est-ce pas un cercle vertueux?

 

Une plateforme d’auteur est indispensable

Pour collecter les e-mails, la meilleure pratique est d’avoir une plateforme d’auteur. Une plateforme d’auteur est un site web, qui recueille du trafic naturel et est entièrement orienté vers le recueil d’e-mails de visiteurs. Ils constitueront votre futur lectorat.

Elle sert également à présenter vos livres, et à garder un contact.

Regardez ce que font ces auteurs indépendants qui réussissent bien :

Lisez cet article dédié aux sites et blogs d’auteur, pour apprendre les meilleures pratiques.

 

 

Il faut offrir quelque chose sur son site

Pour collecter des e-mails de lecteurs intéressés, le meilleur moyen est d’offrir un petit cadeau, en échange d’un e-mail. J’en suis un bon exemple, puisque vous êtes régulièrement sollicités pour télécharger mon cadeau sur ce site : “20 idées qui marchent pour promouvoir son livre”.

Je vous assure que cela marche.

 

Ne pas travailler tous les réseaux sociaux à la fois

Trop d’auteurs s’inscrivent sur Facebook, Twitter, Pinterest, Wattpad, Google +, Scribay, WeLoveWords …

Et après ? Avez-vous conscience du temps que cela prend de gérer tous ces comptes et de les faire vivre. C’est tout simplement impossible.

Je recommande de démarrer avec Facebook, qui regroupe le plus grand nombre de lecteurs, et d’y exister vraiment, d’y construire une présence forte. Mieux vaut en faire moins, mais mieux.

 

Il faut savoir dépenser un peu pour émerger et faire les choses de façon professionnelle

Il y a quelques postes de dépenses qui sont pour moi incontournables si l’on veut se donner des chances de réussir. En priorité:

  • Une plateforme de diffusion et de mise en page si l’on ne souhaite pas diffuser son livre seul sur Amazon KDP. Voir le comparatif de ces plateformes. Compter 50-100 €
  • Une couverture de qualité. Par un graphiste que vous connaitriez, par exemple par l’outil Canva.com, ou par l’excellent 99 designs. Compter 150 -200 €
  • Un budget de communication (20-30 €) pour acheter des annonces sur Facebook
  • Un budget pour envoyer des livres à des blogueurs ou à des personnes susceptibles d’en parler. Compter 50 € pour une dizaine de livres.

Soit au total 400 € maximum

 

Le quinté gagnant : préparer le terrain, écrire, communiquer, publier, communiquer encore

Regardez ces deux e-mails que j’ai reçus très récemment :

et

Ces e-mails ne sont pas une surprise. C’est déjà beaucoup que ces auteurs s’en rendent compte.

Il faut préparer la promotion en amont, et savoir quoi faire. La promotion de son livre, ce n’est pas une somme d’astuces, c’est une structure, un processus qui prend du temps, mais qui marche et ancre l’auteur dans le paysage pour le long-terme.

 

Donnez, et ensuite vous recevrez

Pour promouvoir son livre, il ne s’agit pas simplement de parler de son livre à droite et à gauche, ou à des endroits bien ciblés. Il faut faire partie d’un groupe d’auteurs que les lecteurs apprécient.

Et pour rentrer dans ce livre d’auteur, il faut d’abord rentrer en contact avec eux, promouvoir leurs livres à eux, sur Facebook ou sur votre site. De la sorte, vous vous appuyez sur leur notoriété pour émerger.  Une fois que les lecteurs vous auront identifié comme vecteur de bonnes idées, ils vous adopteront.

Il sera alors bien plus facile de leur montrer vos propres livres. Bien sûr, cela prend quelques mois …

 

Ce n’est pas parce que qu’un sujet ou une thématique a déjà vu beaucoup de livres, qu’il faut l’écarter

J’entends souvent des auteurs qui aimeraient écrire un livre sur un sujet où beaucoup a déjà été écrit. Par exemple ?

  • Un roman policier à New-York
  • Un roman feel-good sur une jeune active déprimée
  • Un roman sentimental en Provence
  • Un livre pratique sur la diététique

Oui, ces thématiques sont déjà encombrées. Mais :

  • Les thématiques encombrées comportent toujours un nombre de lecteurs important. C’est la loi du marché. Donc il y en aura pour tout le monde.
  • Les lecteurs ne sont pas exclusifs. Quand ils aiment, ils lisent plusieurs livres de la même trempe.

N’hésitez pas, écrivez ce que vous sentez bien, là où vous êtes à l’aise. Si le contenu est bon et que la méthode de promotion est efficace, le livre émergera parmi les autres. Ne vous en faites pas pour cela.

 

Un livre est un produit

J’ai déjà eu l’occasion de l’exprimer dans cet article, il faut casser un tabou : oui, le livre est un produit, et oui il faut le traiter comme tel, en le promouvant, et en cherchant des lecteurs. Les grandes maisons d’éditions le considèrent comme tel.

Celui qui le refuse encore réduit mécaniquement ses chances de se voir lu. Or quel est l’objectif premier d’un auteur ?

 

12 Comments

  1. Bravo pour cet article Olivier ! Très complet et bien écrit. Merci 🙂

  2. Moi qui n’y connaissais rien, ça m’a passionnée ! Merci pour cet article !

  3. Jane Doe Jane Doe

    Bonjour,
    Le meilleur conseil à adresser aux deux auteurs qui vous ont envoyé les e-mails, serait… d’apprendre à écrire !
    On n’écrit pas : ” ma principale difficulté que je rencontre…”
    Et pire on n’écrit pas : ” Je n’ai pas une idée claire comment le promouvoir” ou ” Je n’ai pas vendu aucune copie”.
    Tous les éditeurs mettront le manuscrit au rebut après avoir lu une de ces phrases.
    Aucun lecteur ne lira plusieurs pages de ce niveau.
    Certains manuscrits sont refusés par les éditeurs pour das raisons évidentes.

  4. Sandra Rastoll Sandra Rastoll

    Bonsoir Olivier,
    Merci pour cet excellent article trés clair et trés détaillé ainsi que les liens et outils indispensables pour suivre vos conseils. Je ne manquerai pas de lire vos autres articles que je n’ai pas encore eu le temps de consulter. Je regrette juste qu’un point n’est pas été évoqué : comment faire pour classer un roman sur amazon quand il est en limite de plusieurs genres. Je pense par exemple à un thriller qui possède une solide intrigue mais qui fait aussi référence au fantastique et porte également une romance.

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour Sandra,
      Merci pour votre retour.
      Amazon permet de mettre jusqu’à 2 catégories en Kindle, et 5 en Broché. Vous pouvez-donc vous enregistrer dans plusieurs catégories, même sur des genres différents.
      Bonne publication !

      • Sandra Rastoll Sandra Rastoll

        Bonsoir Olivier,

        Merci pour l’info.

  5. Luc Doyelle Luc Doyelle

    Très bon article. Juste un point sur lequel je ne suis pas d’accord : Il faut adhérer à KDP Select, pour deux raisons.
    La première est que les autres plateformes ne sont pas intéressantes, et engendrent très peu de ventes.
    La deuxième, contrairement à ce que tu affirme, est que le programme de lecture permet souvent de doubler ses revenus (et non engendrer 10%). Certains mois, je gagne plus avec les pages lues qu’avec les ventes.

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Merci de ton commentaire et de ton témoignage, Luc.
      Certains auteurs gagnent bien avec KDP Select en effet. Cela dépend énormément des genres littéraires. J’ai vu de tout.

  6. Beatrice Chapal Beatrice Chapal

    Bonjour à tous, j’écris depuis toujours. Cependant, je n’ai jamais même tenté de publier jusqu’à présent. Aujourd’hui j’y pense et m’informe sur l’auto-publication… Promouvoir en amont dites-vous! Pardonnez mon ignorance en la matière… J’écris des nouvelles, des chroniques, des histoires tirées de faits réels ; si je souhaite publier un récit, que celui-ci n’est pas encore tout à fait terminé, puis-je donc en commencer la promotion? Merci à vous pour la réponse que vous voudrez bien me donner.

  7. Patrick Belime Patrick Belime

    Bonjour,

    Je ne parviens pas à savoir si un titre publier sur Amazone, pas en KDP, que papier, peut-être présenté ou non à un éditeur.
    Si quelqu’un a trouvé l’info..
    Merci
    Bon courage à tous
    Patrick

    • Olivier Morel Olivier Morel

      Bonjour Patrick,
      Oui, je vous confirme que vous pouvez présenter votre titre aux éditeurs. C’est votre livre, vos droits d’auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *