Press "Enter" to skip to content

Tribune Kabi

        « Un écrivain est, avant tout, un grand lecteur »

Comme les bédéphiles le savent, Obélix tomba, tout petit, dans un chaudron de potion magique. Dans mon cas ce fut un caisson en bois appartenant à un cousin, de romans et de bandes dessinées plein qui changea le cours de mon destin, c’était en 1969. Mais contrairement au compagnon d’Astérix, je ne suis pas tombé dedans, je l’ai seulement ouvert et l’enchantement se produisit et dure jusqu’à nos jours. Résultat : je succombai à la fréquentation des mots et je ne l’ai jamais regretté. J’ai plus appris dans les livres que durant toutes mes années d’étude. Cet amour des mots, surtout quand ils riment, m’incita à écrire « MYCELYO ».  Vous remarquerez en le lisant que j’ai pris soin de peaufiner mon style afin de joindre l’agréable à l’utile : raconter la mésaventure du héros, son histoire d’amour qui tourna au cauchemar dans un phrasé qui, j’espère, vous passionnera.

Certains problèmes qui nous concernent tous sont également soulevés dans ce roman. Le texte ci- dessous en est un bref aperçu.

MYCELYO est mon premier essai dans le domaine de l’écriture, je vous souhaite bonne lecture !

 

Des Hommes et des Myceliums

Que se passerait-il si les arbres, à cause de l’homme,  faisaient grève et refusaient de consommer le gaz carbonique, donc de produire de l’oxygène ? Pure chimère ? Détrompez-vous ! Ces créatures bons vivants, seraient capables, sur un coup de tête d’entreprendre facilement cette gageure. N’ont-ils pas traversé les âges et défié le temps depuis quatre cent millions d’années, droits dans leurs bottes ? Ou plutôt dans leurs racines solides et rigides puisque gainées par les hyphes de leurs éternels alliés, le maître incontesté du sous-sol : le mycélium. Mais cette symbiose est menacée par la pire des calamités, une bleusaille née de la dernière pluie : l’Homme. C’est l’un des thèmes soulevés dans mon roman « MYCELYO  » et il mérite débat. La nature est en danger. La toile de connexion, base de la vie, composée par ses deux êtres roués est en train de s’effondrer et l’homme avec.

À l’avenir, les mycètes représenteront, avec les plantes vertes, l’unique salut de l’homme, grâce à leurs pouvoirs de guérir ses maux : psychiques soient-ils, somatiques ou écologiques ! En les prenant comme exemple, il doit dès, aujourd’hui, s’atteler à la sauvegarde de la nature.

Or, que fait-il jusqu’à présent ? Tout le contraire ! Il persiste dans sa quête technologique suicidaire, déconnecté de son milieu naturel, enfermé dans des villes-ghettos ou des gratte-ciels ; courant de ce fait, à sa propre perte. Il ne sait pas qu’en détruisant la nature, il s’autodétruit. Mycelyo, Le Héros de mon roman, créature mi-homme ? mi-mycélium, aura pour mission de purger la nature des nuisants. Sous sa houlette, Fini les monocultures qui déciment les forêts et anéantissent les abeilles ! Fini les coupes d’arbres sous prétexte qu’ils sont malades ou sénescents. L’homme actuel, ignare, conçoit-il les répercussions de son geste sur les autres plantes tributaires de ces vieux arbres ? Ou sur l’écosystème ? Sait-il qu’il endommage par son geste d’inculte, un grand réseau où tout est relié et communique ? Et qu’un arbre, même vieillissant, aide les autres plants en difficulté : arbustes malades, stressés ou dans l’ombre…

Les forêts, les océans, les métazoaires, les protozoaires… Tous forment un système interactif clos. Il doit apprendre des arbres, leur sagesse et leur longue expérience à résoudre les problèmes, car eux, contrairement à l’homo-sapiens, ne les fuient pas.

La situation écologique est grave, mais grâce à Mycelyo, pas désespérée. Il eut la chance d’être sauvé, d’une mort certaine, par des myceliums et des arbres, devint ainsi le premier mycéli-homme et ouvre grande la porte d’une nouvelle ère de l’humanité où ses descendants coloniseront la terre. Ils seront, grâce aux puissants enzymes des champignons, réfractaires aux maladies, consommeront moins, vivront plus longtemps et, l’essentiel, protégeront la nature mieux que l’homme.

Mais qui sait ? Peut-être que tout cela tournerait au cauchemar. Ne dit-on pas que l’enfer est pavé de bonnes intentions. Mycelyo accepterait-il de jouer ce rôle ? Lui qui vit sa vie basculer  parce qu’il osa dire oui à son grand amour qu’il rencontra un été…

Les péripéties de cette histoire sont relatées dans « MYCELYO ». i l’envie vous chante de discuter du contenu de mon roman, merci de me contacter sur ma page facebook :

KABI

Le lien de mon roman est https://www.amazon.fr/s?k=kaby+mycelyo&ref=nb_s oss

Ma page auteur est aussi disponible : ici 

 

 

 

 

 

 

 

Nos services

Publier son Livre a deux missions : vous aider à publier en autoédition et à promouvoir votre livre. Et plus largement, vous permettre de réussir dans la forme d’édition qui vous correspond le mieux (recherche de maisons d’édition, compte d’auteur, auto-édition, impression de livre à la demande).

Écrire est un projet unique. Auto publier ne signifie pas être seul, et promouvoir votre livre est une affaire de méthodes.  Publier, et promouvoir ne doivent pas être bâclés, ou réalisés sans bénéficier de bons conseils.

Olivier Morel et son équipe vous proposent une offre de services, pour que la publication de votre livre soit à la hauteur de votre rêve : publication en autoédition, formation pour promouvoir son livre, relecture et correction, création de couverture, création d’un site d’auteur, impression de livre à des tarifs négociés, publicité ciblée sur Facebook ou Amazon …

A tout de suite =>

Lire les meilleurs articles   |  Voir nos offres   |   Nous contacter