Press "Enter" to skip to content

Comment bien corriger son manuscrit ? [le guide complet]

Que ce soit pour l’auto édition ou la recherche d’une maison d’édition, corriger son manuscrit est essentiel. Les éditeurs seront exigeants sur la qualité de votre manuscrit, pas seulement sur le fond, mais aussi sur la forme : fautes d’orthographe, de grammaire, de syntaxe, erreurs de ponctuation, coquilles … si vous voulez être pros, ne laissez pas passer ces erreurs.

Le processus de relecture et correction est tout sauf à négliger, et il peut être difficile. L’objectif de cet article est de vous accompagner.

En écriture, tout est lié. Si vous changez une tournure de phrase, ou ajoutez / supprimez des éléments, cela peut avoir un impact sur les paragraphes suivants, et l’ensemble du texte.

1. Préparer sa relecture

Refermez le manuscrit, et laissez reposer

C’est le retour numéro 1 des écrivains à succès, ou des “masterclasses” d’enseignement littéraire : prenez du recul sur votre manuscrit. C’est peut être une bonne idée de changer certaines parties, ou de réexaminer un personnage. Mais déterminez vos priorités d’abord. N’entamez des chantiers de grosses corrections que si vous savez pourquoi vous le faites, et ce vers quoi vous souhaitez aboutir.

Dans tout les cas, même pour des corrections orthographiques et syntaxiques, vous avez besoin de sortir de votre livre. Si c’est un roman, vous devez sortir de votre histoire. Si c’est un essai ou un guide, vous devez quitter vos arguments.

Sans cela, les fautes ne vous apparaitront pas.

Imprimer pour bien relire

On relit bien mieux ce qui est sur papier. Faites l’effort d’imprimer votre texte, et de relire sur papier. Surlignez, crayonnez, annotez. Changer de support, c’est aussi changer de méthode, donc d’oeil.

Combien de relecteurs choisir ?

Je vous recommande de faire appel à 3 relecteurs extérieurs.

Un, c’est trop peu, deux c’est correct, trois, vous couvrirez l’ensemble des fautes. Quatre, ce serait trop et vous auriez beaucoup de redondances. Sans parler du fait que les relecteurs ne sont pas faciles à retrouver. Idéalement, choisissez 2 proches bénévoles, et 1 relecteur professionnel.

  • Faites appel à des proches qui qui souhaitent vous aider et qui sont sérieux, ou qui ont l’habitude de lire,
  • Recherchez un relecteur en comparant les prestations et les tarifs. Le travail dont vous avez besoin est le suivant : relecture-correction de l’orthographe, la syntaxe, la ponctuation, les coquilles.

Les correcteurs bénévoles auront peut-être des avis sur votre texte. Écoutez-les, prenez en compte leurs avis. Vous devez rester ouverts. Ces remarques doivent rester constructives.

Relire est un processus

Vous devez vous détacher du manuscrit, et relire comme un processus, comme une tâche mécanique. Les fautes et la syntaxe obéissent aux règles grammaticales françaises.

 

2. Votre relecture de la forme :

Pour votre relecture, je recommande vivement l’outil Antidote. Ce logiciel, créé par des canadiens est un correcteur orthographique bien plus puissant que le correcteur automatique de Microsoft Word. Antidote est payant, mais ses services sont grands.

Une fois que vous êtes correctement équipés, voici ce que vous devez scrutez dans votre manuscrit :

  • Orthographe : les fautes plus ou moins méchantes
  • Ponctuation : respectez les règles
  • Grammaire : vérifiez vos accords, le doigt ripe parfois sur le clavier
  • Syntaxe : formulez les phrases à haute voix, pour vérifier qu’elles sont correctes
  • Typographie (guillemets, virgules, saut de ligne …) : toutes ces petites règles que l’on peut oublier.

 

3. Qu’apporte un relecteur professionnel ?

Un relecteur professionnel est un complément essentiel de votre démarche d’auteur. Tant de travail et d’heures passées à écrire ne peuvent être gâchées par une relecture bâclée.

Le relecteur-correcteur vous assure de son expérience, de ses méthodes de travail, pour compléter vos propres relectures. Pour quelques centaines d’euros, le relecteur professionnel vous donne pleinement confiance dans la qualité des finitions de votre manuscrit.

4. Les étapes après la relecture

Une fois votre manuscrit relu et corrigé, celui-ci est prêt à être publié. Vous avez peut-être déjà réfléchi à la manière de donner vie à votre livre.

  • Vous pouvez rechercher une maison d’édition (à compte d’éditeur, ou éditeur à compte d’auteur). Cela vous permet une publication professionnelle, et les bonnes maisons d’édition réaliseront des actions de promotion. Attention, la sélection est rude, et le délai de réponse parfois très long.
  • Vous pouvez publier en auto-édition en ligne. Cette forme de publication permet de publier au format e-book, et au format papier (Broché) . Si vous choisissez un service de confiance, vous pourrez également bénéficier d’une publication professionnelle, d’une couverture personnalisée, et de recommandations ou accompagnement sur la promotion du livre.

Faire connaître son livre, voici l’autre défi qui attend les auteurs. On considère qu’il faut passer autant de temps à promouvoir que l’on en a passé à écrire. Il existe des méthodes et des processus pour réussir le lancement de son livre, et le faire connaître. Le site est dédié à la promotion de son livre, et vous y trouverez beaucoup de ressources gratuites pouvant vous aider, comme cet article pour promouvoir son livre sur Facebook.

Bon travail, et n’hésitez pas si vous avez des questions, je réponds à tous les e-mails : contactez-moi.