Press "Enter" to skip to content

14 conseils que j’aurais aimé recevoir avant d’écrire mon premier roman

Écrire un roman représente beaucoup. De temps, de travail, et de créativité. Notre conseiller littéraire vous donne les conseils qu’il aurait aimé recevoir plus jeune.

Consultez aussi 18 conseils que j’aurais aimé recevoir avant de publier mon livre

L’écriture d’un roman est une aventure à part entière avec son lot de rebondissements. Pour se préparer au mieux et ne pas perdre des plumes en route (ou juste se décourager à vie), voici une liste de conseils très utiles et qui font du bien.

Fiche récapitulative, 14 conseils que j’aurais aimé recevoir avant d’écrire mon premier roman :

      1. Se trouver un espace adéquat
      2. Se dégager du temps où l’inspiration fonctionne
      3. Trouver le bon logiciel ou le bon type de papier !
      4. Écrire tous les jours
      5. Lire des tonnes de livres
      6. Trouver sa méthode
      7. S’aérer l’esprit
      8. Choisir le point de vue narratif
      9. Choisir le décor, l’époque, le lieu, la planète, l’univers, etc.
      10. Trouver une idée
      11. Donner vie à vos personnages
      12. Définir l’intrigue
      13. Réfléchir au style et y rester cohérent !
      14. Se faire relire par plusieurs personnes

 

Avant l’écriture

Nous commençons avec quelques conseils sur la pratique de l’écrivain avant de donner nos conseils plus spécifiques pour savoir comment écrire un roman.

1. Un espace adéquat

Pour écrire, il faut tout d’abord penser à un espace agréable et calme où vous pouvez prendre le temps de laisser l’inspiration venir à vous. Tout le monde a des préférences différentes, mais si on regarde les bureaux des grands écrivains, on retrouve certaines tendances : maison en bord de mer, studio sous les toits de Paris, atelier lumineux et insonorisé, chalet en montagne, etc.

Nous n’avons pas tous les moyens de nous offrir une maison secondaire pour écrire, mais on peut s’arranger pour s’en rapprocher. Si vous avez des enfants, il est absolument primordial de vous trouver un espace hors d’atteinte de leurs adorables petites frimousses ! De manière générale, isolez-vous et donnez-vous un temps dédié uniquement à l’écriture.

 

2. Se dégager du temps

Directement relié au premier conseil, c’est la recherche d’un temps qui est propice à l’écriture. Là aussi, nous avons tous nos habitudes. Certains sont plus du matin tandis que d’autres sont plus du soir. À vous de tester. Le plus important est de trouver une tranche horaire où il vous est facile de vous connecter à l’inspiration.

Cette tranche horaire doit être conséquente, quelques heures si possible sans interruption. Là encore, c’est à vous de comprendre comment vous fonctionner le mieux. Certaines personnes préfèrent écrire une heure tous les jours alors que d’autres font écrire trois heures le samedi et quatre le dimanche. Au total, on arrive à la même chose.

 

3. Trouver le bon logiciel ou le bon type de papier !

Tout bon artisan a besoin de bons outils. C’est une règle qui s’applique également à l’écriture. Un bon clavier et une bonne machine qui n’affiche pas les mots 10 secondes après les avoir tapés et qui ne bugue pas pour vous faire perdre toutes vos sauvegardes. Donnez-vous les moyens !

Si vous préférez la plume et le papyrus, pas de problème. Mais là aussi, choisissez la qualité !

 

4. Écrire tous les jours

Il n’y a pas de secrets. C’est en forgeant que l’on devient forgeron. Un bon écrivain est quelqu’un qui écrit, écrit encore, jusqu’à parfaire son geste, sa plume, son phrasé.

Il faut écrire, même quand on n’en a pas envie. Il est fortement conseillé de mettre en place un emploi du temps avec des temps d’écriture réguliers auxquels vous ne vous soustrayez pas. Stephen King fait partie des références et il a écrit 4000 mots par jour pendant trente ans. Il ne s’arrêtait jamais avant. De même pour Murakami qui comptabilise 3000 mots par jour. D’autres fonctionnent à l’heure.

Si vous ne savez pas quoi écrire, ce n’est pas un problème, parlez de vous, décrivez votre paysage (on a retrouvé des carnets d’écrivain où ils décrivaient la même chambre des centaines de fois), regardez ce qui vous entoure, racontez votre journée, etc. Vous pouvez aussi suivre des exercices d’écriture pour vous inspirer.

 

5. Lire des tonnes de livres

Dans la même veine, pour écrire, il faut tout d’abord lire. On ne lit pas pour copier, ni même vraiment pour s’inspirer, mais pour entraîner notre esprit aux mots, aux phrases, aux constructions narratives, etc. Il faut lire au moins un livre par semaine, mais si vous avez le temps, les grands écrivains conseillent de lire plus. Il faut lire les romans qui se situent dans la même veine que ce que vous voulez écrire, mais vous pouvez aussi lire d’autres choses, des magazines, des articles ou des bandes dessinées.

 

6. Trouver sa méthode pour écrire un roman.

Il y a cent manières d’écrire et loin de nous l’idée de vous enfermer dans une méthode. C’est à vous d’expérimenter et de trouver ce qui vous convient le mieux. Certains écrivains ne supportent pas les plans et se contentent d’écrire ce qui vient en attendant qu’une idée surgisse ou qu’un personnage vienne raconter de lui-même sa propre histoire.

D’autres ne peuvent pas écrire sans un plan minutieux et détaillé où chaque sous-chapitre est défini à l’avance. Ils écrivent en sachant où ils vont. Tous les personnages, même les moins importants ont une fiche et les lieux sont dessinés. Entre ces deux extrêmes, vous avez tout le champ des possibles.

Et vous n’êtes pas obligé de suivre une seule méthode !

 

7. S’aérer l’esprit

Là aussi, les conseils sont divers et variés. Certains auteurs marchent 4 heures par jour minimum pour réussir à écrire un livre, d’autres s’astreignent à n’écrire que deux heures par jour et passer le reste du temps à effectuer des activités en plein air. D’autres encore n’écrivent pas pendant 11 mois de l’année et ne consacre qu’un mois à l’écriture de leur roman…

Ce qui est certain, c’est que tous recommandent de ne pas faire que ça. L’écriture d’un roman se fait beaucoup en dehors des temps d’écriture. C’est en pensant à autre chose que l’esprit peut développer sa créativité.

Si jamais vous bloquez complètement, votre premier réflexe doit être de sortir pour vous aérer l’esprit. Cela peut durer quelques heures ou quelques jours ! Vous sentirez la différence en retournant à votre ouvrage.

 

Pendant l’écriture

Tous ces conseils sont valables toute l’année et pour toute activité d’écriture. Mais maintenant, nous entrons dans la partie qui vous concerne plus particulièrement. Comment écrire un roman ?

Voici une liste de conseils que j’aurais aimé recevoir avant de commencer ma carrière d’écrivain… mais il n’est jamais trop tard ! Il n’y a pas d’ordre à suivre et tous les conseils ne sont pas à suivre. Tout dépend du type de roman que vous souhaitez écrire, de vos méthodes de travail et de votre technique d’écriture.

8. Choisir le point de vue narratif

Avant de commencer, il est très utile, voire nécessaire, de se poser cette question : Qui parle ?

Première personne ou troisième personne ? L’effet est très différent. Le Je amène un côté plus intimiste et personnel qui empêche cependant de prendre une certaine distance. Il ne convient pas à tous les récits.

Découvrez aussi notre article sur les structures de récits.

Nous recensons trois points de vue principaux :

  • Le point de vue omniscient

Le narrateur sait tout ce qui se passe, à l’extérieur et à l’intérieur des gens. Il n’a aucune limite, il est un peu comme Dieu. On peut citer l’exemple de Madame Bovary de Flaubert.

  • Le point de vue externe

Le narrateur est un simple observateur, il décrit ce qui se passe sans avoir accès aux pensées profondes des gens. Ici le narrateur donne moins d’information, c’est un peu comme au cinéma.

  • Le point de vue interne

Le narrateur parle du point de vue de l’un des personnages de l’histoire. Cela permet d’accéder aux profondeurs de ce personnage sans pour autant pouvoir savoir ce qui se passe en dehors de son histoire. Certains livres alternent entre différents personnages pour donner plus d’information.

 

9. Choisir le décor, l’époque, le lieu, la planète, l’univers, etc.

L’autre question à se poser très vite, c’est où se déroule votre histoire ? Pour qu’elle soit cohérente et que le lecteur y croit, il est essentiel de prendre le temps de bien poser le décor. En effet, l’histoire ne se déroulera pas de la même manière si les protagonistes sont en 2150 sur mars ou en 967 avant Jésus-Christ en Mésopotamie.

Vous pouvez choisir un décor connu, aujourd’hui, la ville où vous vivez ou alors plonger dans une époque passée. Dans ce cas, il est conseillé de faire des recherches. Vous pouvez également inventer un futur ou un monde imaginaire. Dans ce cas, il est fortement conseillé de prendre le temps de bien visualiser ce monde pour que le lecteur s’y retrouve.

 

10. Trouver une idée

On peut écrire des tartines sur tous les sujets, le nombre d’articles vides de sens qui parcourent l’Internet sont là pour en témoigner, mais ce qui fait la force d’un roman, c’est l’idée de départ. Que voulez-vous dire ? Qu’avez-vous à partager avec le monde ?

Toutes les idées ne sont pas bonnes, mais celles qui sont en lien avec ce qui vous habite personnellement sont généralement adéquates pour écrire un roman.

En effet, les meilleurs romans sont souvent ceux qui parlent de nous. Si nous prenons l’exemple des plus grands romans français, Voyage au bout de la nuit, l’Étranger, À la recherche du temps perdu, nous retrouvons trois auteurs qui parlent de leur vie. Après, on peut prendre des libertés, écrire à la troisième personne ou s’inspirer de notre vie pour raconter une autre histoire.

Ce qui est sûr, c’est que c’est plus facile d’écrire sur ce que l’on connaît.

 

11. Donner vie à vos personnages

Un bon roman est un roman avec des vrais gens. Par vrais gens, nous parlons de personnages qui sont tout aussi réels que nos amis. Ils ont une histoire, un visage, des goûts, des envies, des émotions, des frustrations qui leur sont propres.

Si votre personnage est juste une entité servant à raconter une histoire, le lecteur aura du mal à s’accrocher. Lorsque l’on adore un roman, on est généralement plus intéressé par ce qui va arriver aux protagonistes plutôt que sur ce qui va se passer. C’est notre attachement au personnage qui donne la qualité de l’ouvrage.

C’est le processus d’identification qui fait que l’on va apprécier ou non un personnage et avoir envie de suivre ses aventures. Pour s’identifier à un personnage, il doit être le plus réel possible.

Pour cela, trois petits exercices :

  • La fiche personnage

Complétez une fiche avec tous les renseignements possibles et imaginables sur chaque personnage de l’intrigue. Cette fiche vous permet de donner une identité à votre personnage. Voici un exemple de questions à répondre :

Âge, couleur des yeux et cheveux, taille, plat préféré, musique préférée, style vestimentaire, sport qu’il déteste le plus, chose qui le dégoûte, ce qu’il aime le plus au monde, son plus grand secret, son film préféré, qu’est-ce qu’il emmènerait sur une île déserte… la liste est sans fin et vous pouvez vous amuser !

  • L’histoire du personnage

Vous pouvez aussi tout simplement raconter son histoire. Vous commencez depuis sa naissance et vous remontez jusqu’au jour de l’intrigue. Tout ce que vous racontez n’apparaîtra pas dans le roman final, mais ça vous permettra de le faire exister en dehors du roman. Ensuite, cela vous facilitera la tâche pour le faire parler et évoluer dans l’intrigue.

  • Sa photo ou son dessin

Pour exister, votre personnage doit avoir un visage, un look, une allure. Si vous ne savez pas dessiner, choisissez une photo de quelqu’un qui existe déjà.

 

12. Définir l’intrigue

Suivant votre méthode de travail, vous pouvez choisir d’écrire le scénario de votre roman. On procède d’une manière assez pragmatique avec des chapitres, des sous-chapitres et les moments marquants du récit. Cela fonctionne un peu comme le scénario d’un film.

Si vous débutez, il est sans doute préférable de choisir un schéma narratif classique que l’on retrouve dans beaucoup d’œuvres :

  1. Situation de départ

On pose le contexte, le lieu, l’époque et on présente les personnages. Mille manières de procéder, en choisissant des scènes de vie, en décrivant la situation actuelle ou même en rentrant directement dans le feu de l’action.

  1. Élément perturbateur

Vient ensuite un événement heureux ou malheureux qui va perturber l’ordre établi. Il est assez essentiel dans un roman, c’est l’élément déclencheur. Là aussi, les options sont infinies, cela peut être une simple rencontre, une catastrophe, la mort d’un personnage, une découverte, etc.

  1. Péripétie

On entre dans l’aventure. Le rythme est différent, on est en plein dedans et on suit les personnages à qui on s’est attaché dans leurs péripéties. Il y a des rebondissements, des voyages, des remises en question, et tout nous amène à un climax.

4.Dénouement

Le climax apporte une solution à l’intrigue (ou pas, certains romans laissent le soin aux lecteurs d’imaginer le dénouement). Il permet de faire redescendre la tension et d’amener une fin à l’histoire. Les personnages ont évolué grâce à la péripétie. Il y a des enseignements à tirer.

Il est tout à fait possible de bouleverser l’ordre des choses et de faire appel à sa créativité pour trouver un autre schéma narratif.

Il est enfin bien entendu possible de ne pas en avoir et de suivre le flot de l’écriture pour voir où nous mène l’histoire.

 

13. Réfléchir au style et y rester cohérent !

La question du style revient souvent dans l’écriture d’un roman. Il est important de peaufiner son style… mais cela ne veut pas dire se travestir pour écrire comme un autre. La recherche de son style est assez vaine au final. Votre style est déjà en vous, il suffit de lui laisser toute la place. C’est d’autant plus important pour l’écriture d’un roman. Il est très difficile d’adopter un style et de le conserver pendant plus de 200 pages. Ainsi, surtout pour le début, il est vraiment conseillé d’écrire comme ça vient et de faire confiance en votre style.

La cohérence prime sur la poésie. Si vous avez envie de changer de style, prenez le temps de vous sentir confortable dedans avant de commencer l’écriture d’un roman.

Si vous avez des doutes sur votre style, lisez et lisez encore pour constater la diversité de styles dans le monde entier. Changez aussi le point de vue narratif pour voir ce qui vous convient le mieux. Parfois, on peut juste découvrir qu’on ne peut écrire qu’en utilisant la première personne du singulier.

 

14. Se faire relire par plusieurs personnes

Dernier petit conseil pour la route… vous avez écrit votre roman, vous y êtes arrivé ! Bravo ! C’est un exploit en soi. Il est dit qu’environ 10 % de la population écrit, mais combien arrive au bout d’un roman ? Je doute que le nombre dépasse les 1 %.

Cela ne veut pas dire qu’il est bon… ou publiable, mais c’est déjà un très bon effort et un super entraînement pour le prochain. Certains auteurs, parmi les plus célèbres, ont écrit des dizaines de romans avant d’en publier un. Ne vous découragez pas !

Une fois terminé, il est essentiel de le faire lire. En ayant la tête dans le guidon, on ne peut pas prendre du recul avec notre histoire. Évitez la maman, la grande sœur et la petite amie ou le petit copain qui sont des fans invétérés et qui ne seront pas très objectifs dans leurs jugements. Demandez à un prof, une connaissance, quelqu’un qui a déjà publié quelque chose ou une grande lectrice.

 

 

Nos services

Publier son Livre a deux missions : vous aider à publier en autoédition et à promouvoir votre livre. Et plus largement, vous permettre de réussir dans la forme d’édition qui vous correspond le mieux (recherche de maisons d’édition, compte d’auteur, auto-édition, impression de livre à la demande).

Écrire est un projet unique. Auto publier ne signifie pas être seul, et promouvoir votre livre est une affaire de méthodes.  Publier, et promouvoir ne doivent pas être bâclés, ou réalisés sans bénéficier de bons conseils.

Olivier Morel et son équipe vous proposent des contenus et formations, pour que la publication de votre livre soit à la hauteur de votre rêve : publication en autoédition, formation pour promouvoir son livre, décrocher une maison d’édition, améliorer son style d’écriture et sa maîtrise de l’intrigue, création de couverture,  publicité ciblée sur Amazon ou sur Facebook …

A tout de suite =>

Lire les meilleurs articles  | Nos FormationsNous contacter