Press "Enter" to skip to content

Comment écrire une série littéraire : la méthode complète

Quoi de plus gratifiant pour un auteur que de savoir que son prochain opus est attendu de ses lecteurs. Écrire une série est un bon moyen de garder le lien avec son public, en même temps qu’il permet à l’auteur de satisfaire son besoin d’écrire.

Pour autant, écrire une série littéraire ne s’improvise pas. Il y a des écueils à contourner, des erreurs à ne pas commettre.

La première idée à chasser serait de penser qu’écrire une série s’apparente à écrire un gros roman que l’on se contenterait de scinder en plusieurs tomes. Non, cela n’a rien à voir.

Dans cet article, je vous donnerai davantage l’essence même de ce que doit être une série littéraire, les éléments incontournables qu’elle doit contenir, ainsi que quelques techniques pour bien faire. Quant aux conseils pratiques portant sur la rédaction proprement dite, je vous invite à consulter ceux qui sont propres à la rédaction d’un roman.

Cet article a été écrit par les conseillers littéraires de Publier son Livre.

 

1 — Dis, c’est quoi exactement une série ?

Si je devais simplifier à l’extrême, je vous dirais que c’est une suite d’épisodes.

C’est exactement cela que vous devrez garder en tête au moment de l’écriture. Comprenez bien que cela n’a rien à voir avec une succession de chapitres. Ce n’est pas parce que vous diviserez vos 600 pages en trois que vous aurez écrit une série de trois tomes de 200 pages. Les mathématiques ne s’appliquent pas aussi simplement en littérature.

Une série, c’est un projet d’ensemble. Prenons l’image de l’architecte qui conçoit un lotissement ou un quartier résidentiel. Il doit pour ce faire, concevoir en parallèle la construction de chacune des maisons individuelles qui le composera.

Vos maisons seront vos épisodes. Votre lotissement sera votre série.

Ainsi, chacun de vos épisodes aura une construction parfaitement indépendante et autonome, selon la formule classique de la structure du récit : une situation initiale, un élément déclencheur, une/des péripétie(s), la résolution du/des problème(s), la situation finale.

Comme l’architecte qui trace ses plans, vous serez vous aussi amené à créer vos plans d’écriture. Je mets volontairement « plans » au pluriel, car il y aura celui de votre série, et ceux de vos épisodes.

La question est à présent de savoir comment organiser tout cela.

 

Lisez aussi notre article Comment améliorer son style d’écriture ?

 

2 — Série ? Vous avez dit série ?

 

Il existe plusieurs types de séries. Je ne vous parle pas ici du genre, comme elles sont présentées sur Netflix par exemple : amour, guerre, thriller, historique, suspens, émotion, psychologie, etc.

En littérature, le genre se décline selon ces mêmes items. Rien d’original.

Ce qui est important en revanche, c’est la forme de construction de votre série. Et pour cela, il y a trois choix possibles.

 

Une série comme une histoire en instance

Vous avez une idée, une histoire à raconter. Vous avez un ou plusieurs personnages principaux, un ou des lieux que vous saurez décrire, dans lesquels vous vous sentirez à l’aise pour faire évoluer vos héros. Vous avez l’intrigue. Vous connaissez non seulement la fin de votre histoire, mais également les grandes lignes par lesquelles vous souhaitez faire évoluer vos protagonistes. C’est ce que j’appellerai le plan principal. Il est essentiel.

Continuons de simplifier par l’image : votre histoire est un voyage. Vous partez d’un point A, Paris, pour arriver à un point B, Marseille. Vous faites ce trajet dans un but, par exemple retrouver votre père disparu. Voilà votre intrigue principale.

Vous connaissez l’itinéraire par lequel vous allez passer : Fontainebleau – Auxerre – Beaune – Villefranche-sur-Saône – Vienne – Valence – Montélimar – Avignon – Salon-de-Provence – Vitrolles. Toutes ces escales correspondent aux épisodes de votre histoire. Et entre chacune d’entre elles se déroulent des péripéties : par exemple, une chute de neige bloquant toute circulation sur un tronçon d’autoroute entre Vienne et Valence. C’est là l’une de vos intrigues secondaires. Ou encore une panne d’essence avant d’atteindre l’aire d’autoroute de Montélimar. Comment faire ? Là encore, intrigue secondaire à résoudre. Mais le but à atteindre reste toujours d’arriver à Marseille et retrouver votre père.

À l’occasion de ces différentes escales, ces différents épisodes, votre personnage va donc vivre des péripéties qui feront sens dans sa quête initiale de résoudre l’intrigue principale. Il fera des rencontres, découvrira des lieux, des ambiances, sera confronté à des évènements qu’il n’avait pas envisagés, mais qui finalement vont lui donner du corps et de la profondeur, qui le rendront attachant, qui permettront que le lecteur soit suspendu à ce qui lui arrive et à la façon qu’il a de s’en sortir et d’avancer malgré les obstacles. Patience et confiance avant d’atteindre et connaître le dénouement.

Voilà tout l’intérêt d’une série retraçant une seule histoire qui se déroule par épisodes successifs.

 

Une série comme des histoires indépendantes

Ce second type de série est composé de ce que l’on nomme parfois des « tomes compagnons ». Dans chacun de ces tomes, l’histoire est indépendante ; elle n’est pas liée à celle qui s’est déroulée dans le tome précédent. Pour autant, il y a des liens, des points communs, ce sont des univers similaires. Le meilleur exemple connu de tous est les histoires d’Hercule Poirot, célèbre détective inventé par l’auteure Agatha Christie. L’univers policier, les enquêtes à résoudre, son fidèle acolyte Watson, tels sont les éléments récurrents de la série. Pour autant, l’on peut lire tel ou tel épisode de manière parfaitement indépendante, sans suivre d’ordre préétabli.

Cette fois, l’intrigue principale est bien différente à chaque épisode, même s’il peut y avoir un fil conducteur qui se poursuit au fil des tomes à lire, quelques références que les plus fervents lecteurs aimeront retrouver, comme une sorte de récompense à leur fidélité.

Ainsi, pour reprendre notre image du voyage, c’est partir à l’aventure avec son fidèle compagnon et se laisser guider par les rencontres, au fil de l’eau, sans but et sans mobile comme le dirait la chanson, mais prêts à vivre des aventures uniques que vous allez raconter les unes après les autres dans chacun des tomes.

 

A lire : 6 structures ou schémas de récit à connaître : quel plan pour un livre ?

 

Une série comme des histoires connectées

Cette fois-ci, il s’agit de construire votre série comme si l’histoire principale était poursuivie par des protagonistes différents.

C’est la nuance des points de vue. Toujours au moyen de notre image, il s’agit de raconter le voyage Paris-Marseille du point de vue de celui qui voyage par le train, de celui qui prend l’autoroute, celui qui préfère les routes secondaires, celui qui choisit de le faire à vélo ou même à pied. Tous sont partis du même endroit. Tous parviendront à la même destination. Ils se croiseront peut-être à l’occasion d’une escale. Ou pas. Mais ils poursuivent tous un but qui les amènera à se retrouver à l’issue de leurs aventures.

Du point de vue de l’intrigue, un lien unit les personnages, et si chacun évolue de manière indépendante au cours des différents épisodes, ils sont néanmoins interconnectés par une trame commune que vous avez établie en amont et que vous révélerez au lecteur au terme de votre série.

 

3 — Série : une histoire presque sans fin ?

Il y a un adage célèbre qui dit : « toutes les bonnes choses ont une fin ». Un autre précise : « Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures ». Je vous souhaite bien entendu que l’on vous adresse plutôt la première.

En effet, une fin existe pour toutes les séries. Elle a même été pensée par vous avant de commencer. Rappelez-vous le plan du lotissement de l’architecte. Vous avez établi vous aussi votre plan général. Vous avez une situation initiale et une situation finale. Au milieu de tout cela, vous avez vos épisodes.

Pour autant, il n’est pas évident de fixer à l’avance le nombre de tomes que vous allez rédiger. En effet, rien de plus pénible que d’envisager une série de 12 tomes si au bout de 3, vos lecteurs vous délaissent déjà. Vous serez déçu et frustré de ne pouvoir aller au bout de votre projet, et aurez alors raison de le voir comme un échec.

De la même façon, si vous aviez prévu une série de trois tomes et que vous rencontrez un fort succès, vous serez également frustrés, ainsi que vos lecteurs, de ne pouvoir poursuivre l’aventure ensemble plus longtemps.

Alors où réside la frontière entre ni trop et ni trop peu ?

La série extensible.

Elle est bien sûr plus facile à mettre en œuvre si vous avez fait le choix d’écrire une série épisodique. Chacun des « tomes compagnons » étant indépendant les uns des autres, il vous suffira d’établir un nouveau scénario, une nouvelle intrigue pour repartir dans l’aventure de vos personnages. Cette forme de série pourrait n’avoir de fin que celle de votre lassitude ou celle de vos lecteurs.

Mais la série extensible est aussi possible avec les autres formules. Tout dépendra du rythme que vous donnerez à votre intrigue générale. Vous pourrez ainsi envisager d’insérer ou non des intrigues secondaires avant de résoudre votre intrigue principale. Votre voyage fera plus ou moins d’escales. Après tout, il existe des lignes de trains avec peu d’arrêts, d’autres avec des arrêts fréquents. Mais ce qui compte, c’est que tous arrivent à destination. L’ultime épisode, celui où toutes les portes s’ouvrent, où toutes les questions trouvent leurs réponses pourra intervenir plus ou moins vite selon le retour de vos premiers épisodes.

Aussi, je vous suggère de concevoir votre série avec un minimum de trois tomes. C’est le « ni trop peu ». Et de vous laisser de quoi en rajouter au fil de l’eau, en restant cohérent avec votre plan général qui doit vous servir de guide pour atteindre l’épilogue de votre création, la résolution de votre intrigue principale.

 

Écrire une série est une aventure au long court.

C’est aussi celle qui donne à l’auteur une grande satisfaction. N’oubliez pas qu’écrire un livre sous-tend que vous allez le soumettre à des lecteurs. Quoi de plus gratifiant que de constater leur adhésion à votre récit ! Ils aimeront votre écriture, mais au-delà, vos personnages, leurs caractères, la manière qu’ils ont d’appréhender leur vie et les évènements qu’ils rencontrent, les épreuves qu’ils traversent, le tout pour arriver à une fin qui les rendra encore plus attachants, en tous les cas dans l’esprit et le souvenir de vos lecteurs.

Dans tous les cas, un livre est un peu comme un enfant.

Oui, j’aime les comparaisons, plus elles sont simples, plus elles sont parlantes. Comme un enfant, vous le mettez et le soumettez au monde. Comme un parent, vous serez heureux de constater qu’il réussit à conquérir, convaincre, faire sa place. Vous serez fier de l’accompagner le plus longtemps possible. Écrire une série vous le permettra.

 

Nos services

Publier son Livre a deux missions : vous aider à publier en autoédition et à promouvoir votre livre. Et plus largement, vous permettre de réussir dans la forme d’édition qui vous correspond le mieux (recherche de maisons d’édition, compte d’auteur, auto-édition, impression de livre à la demande).

Écrire est un projet unique. Auto publier ne signifie pas être seul, et promouvoir votre livre est une affaire de méthodes.  Publier, et promouvoir ne doivent pas être bâclés, ou réalisés sans bénéficier de bons conseils.

Olivier Morel et son équipe vous proposent des contenus et formations, pour que la publication de votre livre soit à la hauteur de votre rêve : publication en autoédition, formation pour promouvoir son livre, décrocher une maison d’édition, améliorer son style d’écriture et sa maîtrise de l’intrigue, création de couverture,  publicité ciblée sur Amazon ou sur Facebook …

A tout de suite =>

Lire les meilleurs articles  | Nos FormationsNous contacter